caricature introJ'avais écrit ce blog en 2006, à l'époque de la première affaire des caricatures, mais tout indique qu'il reste d'actualité, alors je le remet à la une...

Un rédac en chef danois publie différentes caricatures de Mahomet pour faire enfler ses ventes et exciter l'opinion. Et bien sûr, les disciples du prophète se sentent abusés, salis, violés dans leurs croyances.

Ils manifestent, braillent, hurlent, invectivent, menacent, offusqués par une telle obscénité.

Ca stimule le monde "libre". Pris d'une érection spontanée, les rédactions de plusieurs media occidentaux publient à leur tour les dessins incriminés. La fièvre monte: dans un gonflement d'ego turgescent, un journal iranien lance un concours de caricatures sur l'holocauste.

D'autres en rajoutent, proches du coït, brandissant la liberté d'expression comme l'étendard de la victoire.

Un vrai tournoi de pénis. Espérons que l'éjaculation se soldera par un match nul.

Curieusement, la vraie caricature choque beaucoup moins. Et pourtant, on l'a sous les yeux; l'arrogance mâle primaire si typique de nos sociétés, toutes cultures confondues. Ce réflexe maladif que les hommes et les femmes ont d'exhiber leur ego, dressé et durci, pour pénétrer la vie.

Difficile de trouver du respect dans ce simulacre d'existence, où l'évacuation des tensions a remplacé la jouissance. Ou le besoin a remplacé la générosité.

Alors j'ai une proposition à vous faire: cessons de nourrir la grande caricature planétaire. Esquissons plutôt une oeuvre teintée de respect, de beauté, de compréhension. Réalisons une fresque du quotidien imbibée de rondeurs, de véritable sensualité, d'accueil et de partage, d'attention à l'autre. De qualités féminines.

Comme ça, la vie sera beaucoup plus excitante.