hypnotronEn 1988, John Carpenter réalisait le film «Invasion à Los Angeles» (They Live, en anglais visible sur YouTube). Dans ce film, il décrit une société lobotomisée et obéissante, avec ses panneaux publicitaires omniprésents vantant des produits et services séduisants, et sa TV diffusant partout les mêmes informations et séries soporifiques auxquelles nous sommes aujourd’hui habitués...

A la suite de diverses péripéties, le personnage principal du film découvre une boite remplie de ce qui ressemble à des lunettes de soleil. Lorsqu’il met ces lunettes, il découvre un décor totalement différent: les publicités alléchantes et les émissions TV ont laissé place à des injonctions hypnotiques: «Obéis! Regarde la TV! Consomme! Reproduis-toi! Achète! Pas de pensée indépendante!» Lorsqu’il ôte les lunettes, le décor redevient «normal» et la TV doucereusement abrutissante.

Dans le film, ce sont les lunettes qui annulent les filtres hypnotiques. Soudain, brutalement, on découvre la réalité d’une société terrorisée programmée pour obéir à son élite tyranique.

J’ai le sentiment qu’un phénomène similaire est en train de se produire au Proche-Orient.
Quelque chose ou quelqu’un a tiré la prise du dispositif d’asservissement des foules. La colère et l’indignation ne sont plus contenues par les menaces, la peur ne paralyse plus le peuple, l’unité a pris plus d’importance que la division. L’hypnotron ne fonctionne plus.

Les individus reprennent aux dignitaires la dignité qu’on leur avaient confisquée.

L’accélération des événements révèle la propagation de changements profonds et inéluctables - des changements dans la trâme de la conscience humaine. Cette accélération dégèle les esprits auparavant figés par la peur. Les liens qui unissent toutes choses retrouvent leur élasticité. Grâce à cette nouvelle fluidité, les inégalités promettent de s’applanir, comme les châteaux de sable au passage de la nouvelle marée.

Sur notre petite planète où l’interdépendance devient toujours plus flagrante, cette réaction en chaîne met directement en péril tous les tyrans du monde. Elle menace les roitelets sans scrupules, bien sûr, mais également chacun d’entre-nous, dans nos abus de pouvoir en famille, au travail et en société.

Et finalement, ne nous leurrons pas, cette réaction en chaîne annonce une transformation profonde et souhaitable de notre société occidentale. Pour maintenir un «niveau de vie» abrutissant de confort et de sécurité, pour conserver le privilège de surconsommer des produits et services inutiles et néfastes, les populations occidentales asservissent le reste du monde. Dans la liste des prochains tyrans à destituer, on trouve en bonne place les abonnés à la bonne conscience occidentale.

Au-delà des évidentes considérations géopolitiques, le dysfonctionnement de l’hypnotron promet des changements d’une amplitude encore inimaginable.

Alain-Yan Mohr